bandeau
Imprimer Imprimer

Envoyer à un ami Envoyer
à un ami

Syndicat CGT des agents territoriaux du SIERG : préavis de grève pour le 5 mars 2014 et intervention CGT dans la continuité du combat mené avec les agents depuis plusieurs mois contre la création de la SPL « SIERG/SERGADI ».


95 % des agents grévistes contre la création d’une SPL (à la place d’une régie publique directe !)

Le Comité Syndical du SIERG a voté ce matin la création de la SPL/SERGADI à l’unanimité, moins 4 abstentions.

Une présentation de la situation financière du SIERG a été faite en ouverture de séance démontrant une très bonne gestion de l’argent public et une santé financière exempte de crédits ou d’emprunts toxiques.

La CGT restera vigilante dans le cadre de la future SPL et veillera à la continuité de cette santé financière.

Les interventions des membres du Comité Syndical rejoignent notre analyse sur le besoin de clarté dont nous avons besoin au niveau de la métropole concernant la gestion des compétences obligatoires. A terme, le souhait affiché serait de fusionner la SPL SIERG/SERGADI avec la SPL des eaux de Grenoble, pour parvenir à une seule SPL qui gérerait la compétence eau au niveau de la métropole.

En 2 ans de discussions entre politiques, cet objectif n’a pu être atteint et il faudrait maintenant que cette fusion intervienne en juillet 2014 (souhait du comité syndical de ce matin).

Tout le monde était d’accord ce matin pour garantir un service public de l’eau au niveau de la métropole et ne pas retomber sur une gestion privée de ce bien commun de l’humanité.

Sauf que le service public doit être exercé par des agents publics sous statut ceci afin de garantir une totale indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques locaux, ce qui n’est pas le cas dans une structure SPL. De plus, le changement brutal et sans vision à long terme de cette mise en œuvre ne rassure pas les agents territoriaux du SIERG. Pire, certains d’entre eux sont déjà sur des demandes de mutation ou de reconversion professionnelle.

Nous allons assister à une perte de technicité et de connaissance du réseau du fait de ces départs car tout n’est pas cartographié et les subtilités du travail sur le terrain ne sont connues que des agents en poste, pour certains depuis plus de 30 ans.

En tout cas, la CGT restera mobilisée sur le devenir de ces SPL, mais aussi sur le reste des missions de services publics dont aura en gestion la métropole.

La lutte continue !

Le 05 mars 2014 à 13h 45


Les agents territoriaux du SIERG sont en grève aujourd’hui, jour du comité syndical qui validera ou non la création de la SPL SIERG/SERGADI. C’est une nouvelle étape qui s’inscrit dans la lutte que mènent depuis plusieurs mois maintenant les agents avec leur syndicat CGT.

En effet, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi dite MAPAM (Modernisation de l’Action Publique et Affirmation des métropoles), les politiques ont fait le choix délibéré et sans concertation de se désengager de la gestion directe de la compétence eaux. Le choix de créer des SPL (Sociétés Publiques Locales) en découle, affirmant la délégation de service public à ces nouvelles structures.

Pour rappel, ces SPL sont des sociétés anonymes régies par le livre II du code du commerce où peuvent se côtoyer salariés de droit commun et agents publics détachés ou mis à disposition par leurs collectivités. Le statut des SPL est très récent puisque ces structures ont été introduites dans le droit par la loi n° 2010-559 du 28 mai 2010.

Bizarrement ou logiquement, tout dépend de quel côté on se situe. L’arrivée des SPL coïncide avec la réforme des collectivités territoriales du 16 Décembre 2010, dont le but affiché est « la rationalisation du millefeuille territorial » et la casse d’emplois publics. Les Territoriaux ne sont pas les seuls visés par cette réforme, tous les fonctionnaires sont concernés sur les trois pans de la Fonction Publique.

Pour les entreprises du privé, on appelle cela un Plan Social. Dans le public, c’est la modernisation de l’état et de l’action publique.

Nous regrettons qu’à quelques jours d’échéances politiques locales, rien ne transpire dans les programmes politiques sur la question de la métropole grenobloise, le devenir des services publics de proximité, la gestion des nouvelles compétences de la métropole, les transferts de personnel prévus et toutes les questions salariales qui en découlent, la compétition entre les Territoires…

Votez pour nous, et, dans 2 mois, on vous dira à quelle sauce vous serez mangés !

Pour la CGT les choses sont claires. Nous revendiquons pour un service public d’intérêt collectif tel que l’eau, un grand service public national, afin de garantir la gestion de ce bien commun de l’humanité de façon responsable et éloigné des profits financiers.

Nous revendiquons au niveau de la métropole grenobloise et pour ses habitants un service public de l’eau en gestion publique directe de la production à la distribution en passant par l’assainissement et la facturation, une péréquation tarifaire du prix de l’eau sur l’ensemble du périmètre de la métropole et une transparence totale de la qualité de l’eau intégrée dans une politique de santé publique.

Peu importe la décision du comité syndical de ce jour, l’initiative d’aujourd’hui n’est qu’une étape dans la satisfaction de nos revendications, la CGT avec les agents, continuera son activité au SIERG ou dans la future SPL.

Les citoyens et usagers des services publics doivent s’emparer de ces enjeux, car ils seront les premiers touchés par la baisse de qualité et d’accessibilité des services publics dans les territoires et lieux de vie, l’augmentation des temps de trajets pour se rendre dans les services publics avec accueil physique du public, délais d’intervention augmentés compte tenu de la baisse des effectifs et de l’augmentation des surfaces à entretenir (Voirie, Espaces-Verts…).

Concernant la position de la CGT sur les SPL dans le secteur des Transports de voyageurs urbains ou extra urbains, là aussi nous sommes clairs. Ce secteur est souvent géré par des SEM (Société d’Economie Mixte) avec des appels d’offres renouvelables tous les 7 ans, et offrent aux grands groupes (TRANSDEV, VEOLIA, KEOLIS, RATP….), la gestion des transports urbains en ponctionnant de l’argent public et dégagent ainsi des bénéfices pour redistribution aux actionnaires.

Les SPL dans les transports ne sont pas non plus la solution pour la CGT, elles permettent une sortie de ces grands groupes et une gestion plus saine et directe de l’argent public. Ce n’est malgré tout qu’une étape pour la CGT voir un palliatif car l’idéal serait une gestion en régie d’état.

Une coordination des syndicats CGT se réunira le 17 Mars prochain sur le dossier métropole grenobloise afin d’élaborer un cahier de revendications pour aller à la rencontre des chargés de la mise en œuvre afin d’obtenir un espace de concertation et de visibilité de cette mise en œuvre.

L’Union locale de Grenoble,

Grenoble, le 5 mars 2014


Télécharger cette info au format PDF :

PDF - 244.8 ko
Syndicat CGT des agents territoriaux du SIERG : préavis de grève et intervention CGT dans la continuité du combat mené avec les agents depuis plusieurs mois contre la création de la SPL « SIERG/SERGADI ».

Télécharger le préavis de grève :

PDF - 298.9 ko
Préavis de grève SIERG 38 5 mars 2014

Mentions légales -  Site réalisé sous Spip